Politique

Trois ans après son enlèvement manqué: Azannaï pardonne Yayi, mais…

Le 4 mai 2015, des gendarmes et des éléments de la garde républicaine avaient fait irruption au domicile de  Candide Azannaï sis à Zogbo, sans toutefois réussi à le chopper. Trois ans après ce malheureux événement, le président du parti Restaurer l’Espoir rassure qu’il a pardonné  Boni Yayi, à l’époque président de la République.  Mais,  …

Le 4 mai 2015, des gendarmes et des éléments de la garde républicaine avaient fait irruption au domicile de  Candide Azannaï sis à Zogbo, sans toutefois réussi à le chopper. Trois ans après ce malheureux événement, le président du parti Restaurer l’Espoir rassure qu’il a pardonné  Boni Yayi, à l’époque président de la République.  Mais,  …

Manassé AGBOSSAGA

Trois après,  le parti Restaurer l’Espoir se souvient de la tentative manquée d’enlèvement de son président. Ce vendredi 4 mai 2018 à l’hôtel Azalaï de la plage de Cotonou, les militants du parti   ont  commémoré ce triste évènement, sous le thème « jeunesse et défi du développement : s’insurger contre le complot du désert de compétences ».

A l’occasion, Candide Azannaï a, en son nom et celui de son épouse, exprimé sa gratitude au peuple béninois qui s’est levé le 4 mai 2015 pour se dresser  contre les « imposteurs, les dictateurs, les despotes » de l’époque.

« Si vous n’aviez pas répondu à l’appel des jeunes de Zogbo, si vous n’aviez pas répondu à l’appel de mon épouse, du parti je serai sous terre,  je n’aurai plus de chair sur les os.  Je ne serai plus vivant », a-t-il lancé.

Le président du parti Restaurer l’Espoir confie à cet effet que les 15 (quinze) gendarmes et les 9 (neuf) éléments de  la garde républicaine venus à son domicile avaient reçu l’ordre de l’enlever mort ou vivant. A en croire ses confidences,  l’ordre aurait   été donné au domicile de l’ancien  chef de l’Etat, Boni Yayi.  Et là-dessus, Candide Azannaï rassure  avec un bémol qu’il a pardonné l’ancien président de la République.

«Nous n’allons jamais oublier. La commémoration chaque année du 4 mai est pour dire plus jamais ça … J’ai pardonné au nom de l’intérêt  général et du pays, mais je célèbrerai toujours aussi longtemps que je le peux…», a ajouté Candide Azannaï.

Boni Yayi doit en tenir compte…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :