Aller au contenu principal

Répression meurtrière des manifestations 01 et 02 mai : Azannaï situe les responsabilités

La répression cinglante des manifestations des 01 et 02 mai derniers continue  d’alimenter les débats. Face à la presse ce lundi 27 mai 2019, Candide Azannaï s’est prononcé sur ce douloureux évènement, situant au passage les responsabilités.

Manassé AGBOSSAGA

Le président du parti Restaurer l’Espoir ne veut pas tourner la page des douloureux évènements des 01 et 02 mai derniers. A l’occasion d’une conférence de presse sur le thème « Militarisation de la démocratie et utilisation criminelle des armes létales contre les populations civiles par le pouvoir dit de la Rupture », Candide Azannaï  a martelé que la répression meurtrière des manifestations des 01 et 02 ne doit pas restée impunie.

Rappelant les manquements au texte des Nations unies (principes 2, 3, 4, 5, 6,…) et au  décret 2005-377 du 23 juin 2005  portant réglementation du maintien à l’ordre public, l’ancien ministre de la défense a condamné le recours à « l’arme létale » pour disperser les manifestants.

Selon lui, il est alors important de situer les responsabilités contrairement à la volonté du chef de l’Etat de passer à autre chose. Et déjà, Candide Azannaï semble avoir sa petite idée sur les auteurs et co-auteurs des massacres des 01 et 02 mai. Au premier niveau, il cite les disciples de la doctrine de la compétition sans concurrence. A ce niveau, le président du parti Restaurer l’Espoir  soutient que le président Patrice Talon est au premier niveau.

Ensuite, il cite les acteurs qui ont orchestré le certificat de conformité, qui selon lui a exclu tous les partis de l’Opposition.  Au troisième de niveau de responsabilité, Candide  Azannaï a accusé les thuriféraires du régime de la Rupture, notamment les candidats de l’Union progressiste et du Bloc républicain aux dernières législatives. Il a d’ailleurs qualifié ces derniers de receleurs. Enfin, le président du parti Restaurer l’Espoir a mis en avant la responsabilité des agents des forces de l’ordre déployés sur le terrain. Il s’est interrogé sur l’identité des agents qui ont fait usage d’arme à feu, les personnes qui  ont donné l’ordre à ces derniers de tirer. Candide Azannaï s’interroge enfin sur l’identité des personnes à qui les agents ont rendu compte après leurs forfaitures.

Et de lancer « Tout démocrate a le devoir d’exiger, que les autorités en charge de l’ordre de la sécurité publique rendent compte au peuple et à la communauté internationale. On doit rendre compte.  Il n’y a rien à faire. On doit situer les responsabilités ».

Pour Candide Azannaï, il est important de punir les auteurs du drame pour honorer ou réhabiliter la mémoire des victimes, pour rendre justice aux victimes, pour assister les familles, mais également pour protéger les témoins.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :