Aller au contenu principal

Jean-Baptiste Elias lors de la clôture des Journées nationales de la gouvernance, édition 2019: «Les objectifs attendus à la fin de ces JNG sont atteints »

Ouverte le mardi 10 décembre à l’hôtel Azalaï de la plage de Cotonou, l’édition 2019 des Journées  nationales de la gouvernance (JNG) a fermé ses portes ce mercredi 11 décembre. A l’occasion, le président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC), Jean-Baptiste Elias  a affiché un sentiment de satisfaction générale.

Manassé AGBOSSAGA

L’édition 2019 des journées nationales de la gouvernance a porté ses fruits. Du moins, de l’avis du  président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption. Pour cause, Jean-Baptiste Elias  a, à  l’occasion de la cérémonie de clôture,  laissé entendre que les  travaux consacrés à l’état des lieux,  aux défis et enjeux de l’éducation à la citoyenneté au niveau des trois ordres de l’enseignement  ont  été concluants.

Selon lui, les communications et débats ont permis « d’approfondir la question de l’éducation à la citoyenneté et de convaincre chaque participant à quelque niveau de responsabilité qu’il soit de la nécessité de l’instauration d’une culture de citoyenneté dans les trois ordres d’enseignement en vue du développement de la nation béninoise ». Et de lancer sur un ton optimiste « Nous pouvons dire avec beaucoup de fierté que les objectifs attendus à la fin de ces JNG sont atteints ».

Parlant d’objectifs, les participants ont, après deux jours de travaux,  adressé des recommandations aux autorités à divers niveaux.  Au titre d’exemple, ils ont recommandé l’introduction dans les curricula des établissements secondaires techniques et professionnels des cours sur l’éducation à la citoyenneté, la mise en place très tôt d’un programme d’orientation professionnelle préventive des apprenants en vue de réduire le taux de déperdition de déscolarisation et d’échec scolaire dans l’enseignement secondaire .

Sur ces recommandations, le président de l’ANLC a pris l’engagement de les transmettre aux différentes autorités concernées.

Jean-Baptiste Elias a également adressé ses remerciements à ses homologues responsables d’institutions nationale de lutte contre la corruption venus du Niger, du Togo, du Sénégal, du Burkina-Faso, de la Guinée, de Madagascar et de l’ile Maurice, mais également à la Banque mondiale à travers l’Unité de gestion du projet d’appui à la gestion des investissements et à la gouvernance.

Photo de famille lors de la cérémonie d’ouverture

L’EDUCATION A LA CITOYENNETE : DEFIS, ENJEUX ET PERSPECTIVES POUR LE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L’EDUCATION AU BENIN

RAPPORT GENERAL

 HOTEL AZALAI DE LA PLAGE, COTONOU, 10 et 11 DECEMBRE 2019

Sommaire

  1. Sigles et abréviations
  1. Introduction
  1. Rappel des objectifs et résultats des JNG
  1. Approche méthodologique
  • Déroulement des activités des JNG
  • Recommandations
  • Cérémonie de clôture
  • Conclusion
  1. Documents annexes
  1. SIGLES ET ABREVIATIONS

ANLC : Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption

FONAC : Front des Organisations Nationales contre la Corruption

JNG : Journées Nationales de la Gouvernance

PAGIPG : Projet d’Appui à la Gestion des Investissements Publics et à la Gouvernance

  1. Introduction

L’éducation civique est l’un des défis les plus importants auxquels l’humanité doit faire face de nos jours. Il s’agit d’un défi intellectuel, moral et politique dont l’actualité est encore rendue plus brulante par les bouleversements sociaux, économiques et politiques qui modifient au quotidien la structure mondiale et affecte les Etats, les peuples et les nations. L’opinion charge l’éducation civique de beaucoup d’attentes. Dans une société en proie à l’incivisme et à la dépravation des mœurs, il n’est pas superflu d’accorder une place privilégiée à cette matière dans les différents ordres de l’enseignement.

Au Bénin, certaines attitudes constituent de réels défis pour la bonne gouvernance et la mise en application des objectifs du développement durable. Nous pouvons citer, entre autres :

  • la non application de nombreux textes pris pour la promotion de la bonne gouvernance : la charte nationale pour la gouvernance du développement du Bénin, la charte nationale sur la gouvernance locale en République du Bénin, le Code des valeurs éthiques de la fonction publique béninoise etc ;
  • la dégradation et la pollution de l’environnement ;
  • le manque de courtoisie dans les rues et autres places publiques ;
  • l’accueil peu satisfaisant des citoyens clients au niveau de la majorité des services  publics et privés ;
  • la résistance aux dispositions ou mesures d’ordre (la défiance de l’autorité) ;
  • la négligence de ses devoirs et la réclamation avec insistance de ses droits ;
  • la volonté de gagner beaucoup d’argent en fournissant peu d’efforts (le gain facile).

               Dans ce contexte, la question de l’introduction de l’éducation à la citoyenneté dans les différents curricula de formation du primaire à l’université a été de tout temps une préoccupation de plusieurs organisations sociales qui, sous forme de recommandation, l’ont préconisé à l’endroit des autorités compétentes. 

               Si des efforts ont été accomplis au niveau du primaire pour inculquer le civisme et la morale aux apprenants, l’enseignement de l’éducation civique peine à prendre au niveau du secondaire et du supérieur.

               En fondant notre espoir sur l’existence au Bénin d’une minorité crédible et déterminée de personnes qui veulent tant bien que mal infléchir les données et garantir aux générations futures un avenir radieux, l’ANLC et  le FONAC ont organisé avec le soutien de la Banque Mondiale, à travers le Projet d’Appui à la Gestion des Investissements Publics et à la Gouvernance (PAGIPG),les Journées Nationales de la Gouvernance (JNG), édition 2019 sur le thème central: « L’éducation à la citoyenneté : défis, enjeux et perspectives pour le développement du secteur de l’éducation au Bénin ».

               Cette rencontre de haut niveau des différents décideurs politiques et socio-économiques a permis de discuter des problèmes urgents auxquels le pays est confronté afin de mobiliser un large éventail de parties prenantes de la société béninoise appuyées par des experts internationaux pour favoriser le débat autour de la question de l’éducation à la citoyenneté comme seule piste pour assurer la paix et le développement.

               Le présent rapport est articulé autour des cinq (05) axes ci-après:

  • Le rappel des objectifs et résultats attendus des JNG 2019 ;
  • L’approche méthodologique adoptée lors des JNG 2019 ;
  • Le déroulement des activités prévues pour les JNG 2019 ;
  • Les recommandations  et
  • La clôture des travaux.
  • RAPPEL DES OBJECTIFS ET RESULTATS ATTENDUS

Au regard des objectifs fixés, des résultats concrets, réalistes et réalisables étaient attendus des JNG, édition 2019.

  1. OBJECTIFS
  1. Objectif général

L’édition 2019 des JNG vise à faire prendre conscience aux décideurs et aux citoyens béninois des défis et enjeux liés à l’éducation à la citoyenneté et de proposer des solutions adéquates.

  • Objectifs spécifiques

Au nombre de trois (03). Il s’agit :

  1. d’établir un état des lieux de l’éducation à la citoyenneté dans les trois ordres de l’enseignement au Bénin ;
  2. d’analyser les défis et enjeux de l’éducation à la citoyenneté dans les trois ordres de l’enseignement au Bénin ;
  3. de proposer des stratégies et actions pour améliorer l’éducation à la citoyenneté dans les trois ordres de l’enseignement au Bénin.
  • RESULTATS ATTENDUS

Les résultats attendus se présentent comme suit :

  • un état des lieux de l’éducation à la citoyenneté au Bénin dans les trois ordres de l’enseignement est établi ;
  • les défis et enjeux de l’éducation à la citoyenneté dans les trois ordres de l’enseignement au Bénin sont appropriés.
  • les stratégies et actions pour améliorer l’éducation à la citoyenneté dans les trois ordres de l’enseignement au Bénin sont proposées.
  1. APPROCHE METHODOLOGIQUE

L’approche méthodologique utilisée pour les JNG édition 2019 repose sur la plus grande participation des citoyens de tous les secteurs, élément-clé pour influencer le programme des décideurs politiques. Cette méthode a permis aux hommes politiques, aux universitaires, aux experts nationaux qu’internationaux, aux organisations de la société civile (OSC) de discuter des questions pertinentes relatives à la bonne gouvernance en général et en particulier à l’éducation à la citoyenneté pour le développement du pays et élaborer des recommandations à l’endroit des décideurs.

Les activités se sont  déroulées de la manière suivante :

  1. conférence inaugurale suivie de débats sur le thème principal ; 
  2. développement de trois (3) sous-thèmes en plénière pour permettre à tous les participants de poser des questions et d’apporter leurs contributions ;
  3. le partage des expériences d’autres pays en matière de lutte contre la corruption et surtout en matière d’éducation à la citoyenneté ;
  4. organisation de travaux de groupes autour de chacun des sous-thèmes en vue de faire des recommandations.

V- DEROULEMENT DES ACTIVITES

Les10et 11 décembre 2019 s’est déroulée à l’hôtel AZALAI de la Plage à Cotonou, la troisième édition des Journées Nationales de la Gouvernance conjointement organisée par l’Autorité Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC) et le Front des Organisations Nationales contre la Corruption (FONAC).

Cette édition a connu la participation de plus de cent soixante (160) personnes provenant des administrations publiques et institutions de l’Etat, du secteur académique et universitaire, du secteur privé, de la société civile des Partenaires Techniques et Financiers et des délégations étrangères.Celles-ci,représentant leurs institutions respectives étaient conduites par :

  • M. PEERUN Narainkrisha de l’Independant Commission Against Corruption (ICAC) de l’ïle-Maurice ;
  • M. ALIO SANDA Ibrahim, Membre de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA) du Niger ;
  • Mme AYENA Akossiwa, Membre de la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et Infractions Assimilées (HAPLUCIA) ;
  • M. DIOUF Mamadou, Chef Bureau Plainte et Dénonciations de l’Office National de lutte contre la Fraude et la Corruption (OFNAC) du Sénégal ;
  • M. ROBENARIMANGASON Herimamy du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) du Madagascar ;
  • M. MILLOGO Urbain de l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de Lutte contre la Corruption (ASCE-LC) ;
  • Mme TRAORE Néné, Membre de l’Office Central de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (OCLEI) du Mali ;
  • M. SYLLA SEKOU Mohamed de l’Agence Nationale de Lutte contre la Corruption (ANLC) de la Guinée Conakry.

La cérémonie d’ouverture, la présentation des communications suivies des échanges, l’adoption par les participants des recommandations constituent le menu du déroulement desdites journées.

  1. Cérémonie d’ouverture des travaux

Les activités des JNG 2019 ont démarré le mardi 10 décembre 2019à 09h 30 mn par le discours d’ouverture de M. Jean-Baptiste ELIAS, Président de l’ANLC et du FONAC.

Dans son intervention, il a tenu à remercier tous les participants pour «leur présence qui témoigne de l’intérêt qu’ils portent à la lutte contre la corruption et à la bonne gouvernance en général». Il a particulièrement exprimésa reconnaissance auxpréfets pour leur engagement personnel à la tenue des JNG et toutes les délégations étrangères qui sont venues partager leur expérience en matière de gouvernance.Avant de souhaités plein succès aux travaux, le Président de l’ANLC a rappelé le thème central, les objectifs et résultats attendus des JNG, édition 2019.

Le texte de sondiscours d’ouverture se trouve  en annexe.

  • RESUME DES COMMUNICATIONS

Plusieurs communications ont ponctué le déroulé des JNG, à savoir :

Communication 1 :«L’EDUCATION A LA CITOYENNETE : DEFIS, ENJEUX ET PERSPECTIVES POUR LE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE L’EDUCATION AU BENIN».

Dans cettecommunication assurée parDr Aimé TCHEFFA, Socio-anthropologue, enseignant-chercheur, les points ci-après ont fait objet de développement :

  • la notion de citoyenneté et de citoyen ;
  • le fondement et le sens de l’engagement citoyen;
  • les spécificités de l’engagement citoyen électoral ;
  • les principaux défis pour assurer avec succès l’éducation à la citoyenneté par l’entremise du secteur de l’éducation ;
  • les intérêts pour le Bénin à investir dans l’éducation et à l’éducation à la citoyenneté;
  • les conditions indispensables pour l’atteinte desdits intérêts ;

Le texte de cette Communication introductive se trouve  en annexe.

Communication 2 :L’EDUCATION CIVIQUE A L’ECOLE PRIMAIRE ET DANS LES ETABLISSEMENTS SECONDAIRES AU BENIN: expériences pratiques, défis et perspectives

Dans son exposé, M. Barnabé ZOMAHOUN, Inspecteur des enseignements maternel et de base à la retraite, a présenté:

  • la notion d’éducation civique ;
  • les constats (Non-respect des biens publics, Indignation de peu de personnes devant les actes d’injustice et de non-respect des droits de l’Homme, Complaisance dans l’exécution des responsabilités publiques, Dépravation des mœurs, Banalisation de la vie humaine, etc…) ;
  • l’analyse comparée des expériences pratiques de la période coloniale, la période post-coloniale, au moment de la révolution et de nos jours à l’ère du renouveau démocratique ;
  • les défis et perspectives de l’éducation civique dans les établissements scolaires.

       Le texte de cette Communication se trouve  en annexe.

Communication 3 :L’ÉDUCATION À LA CITOYENNETÉ DANS LES UNIVERSITÉS AU BÉNIN: ENJEUX ET PERSPECTIVES POUR LE DÉVELOPPEMENT DU BÉNIN

En substance, cette communication assurée par le Professeur Dr Dodji AMOUZOUVI se présente:

  • l’état des lieux de l’éducation à la citoyenneté dans les universités au Bénin ;
  • les défis et enjeux de l’éducation à la citoyenneté dans les universités au Bénin ;
  • des propositions de stratégies et d’actions en vue de l’effectivité de l’éducation à la citoyenne dans les universités au Bénin.

Le texte de cette Communication se trouve  en annexe.

Communication 4 :

Cette communication assurée par M. PEERUN Narainkrisha de l’Independant Commission Against Corruption (ICAC) de l’ïle-Maurice qui a partagé avec les participants les expériences de l’Île-Maurice en matière de Lutte contre la Corruption, le Blanchiment des capitaux et l’éducation à la citoyenneté. Après avoir présenté l’ICAC Maurice, il a de façon spécifique présenté l’ICAC Maurice, la stratégie de cette institution en matière de Lutte contre la corruption. Il a enfin mis l’accent sur les actions de l’ICAC Maurice en matière de l’éducation à la citoyenneté à l’endroit de la jeunesse.

Communication 5 : PRESENTATION DU CADRE GENERAL DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION (LCC) A MADAGASCAR ET IMPORTANCE DE L’EDUCATION DANS LA LCC

Présentée par Herimamy ROBENARIMANGASON, Conseiller Juridique du Bureau Indépendant  Anti-corruption  (BIANCO), cette communication a abordé successivement les points ci-après :

  • la typologie de la corruption à Madagascar ;
  • l’adoption le 21 septembre 2015, d’une nouvelle  stratégie qui définit les grandes orientations de la mise en œuvre de la Politique Générale de l’Etat en matière de LCC ;
  • la présentation de nouveau plan stratégique  2015 – 2025pour combattre la corruption avec une place de choix accordée à l’éducation, l’information et l’engagement des citoyens ;
  • les volets sur lesquels intervient BIANCO ;
  • les initiatives de Madagascar sur la lutte contre la corruption à travers l’éducation.

Le texte de cette Communication se trouve  en annexe …

Communication 6 :LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET EDUCATION A LA CITOYENNETE

Cette communication a été présentée par M. Ibrahim ALIO SANDA Membre de la HALCIAdu Niger, qui a exposé les points suivants :

  • les missions deHALCIA en matière de lutte contre la corruption et d’éducation à la citoyenneté ;
  • les grandes lignes de Stratégie Nationale de Lutte contre la Corruption du Niger en ce qui concerne l’éducation à la citoyenneté;
  • les acquis en termes de bonnes pratiques ;
  • les perspectives pour l’avenir.

Chacune de ces communications a soulevé de la part des participants, plusieurs préoccupations auxquelles les communicateurs sont intervenus chacun en ce qui le concerne pour apporter des éclairages nécessaires. Les substances ci-après peuvent être retenues :

  • la promotion de la bonne gouvernance au niveau de la jeunesse ne peut se faire sans l’implication des adultes qui doivent être les repères et modèles ;
  • le changement de mentalités à tous les niveaux est capital pour une lutte efficace contre la corruption ;
  • l’éducation à la citoyenneté doit également prendre en compte les enfants déscolarisés qui se retrouvent pour la plupart dans les rues, dans les marchés ;
  • l’éducation à la citoyenneté doit prendre en compte les milieux carcéraux ;
  • l’éducation à la citoyenneté doit conduire tous à avoir une même définition de la notion de l’intérêt commun ;
  • le recours aux services des entreprises du secteur privé pour faire passer des messages à l’intention de l’éducation à la citoyenneté, de l’intégrité et de la lutte contre la corruption.
  • TRAVAUX EN ATELIERS

Les participants ont été répartis en ateliers afin de réfléchir et de proposer des recommandations pratiques et utiles pour l’éducation à la citoyenneté dans les trois (03) ordres d’enseignement.Ci-dessous les thèmes des ateliers.

ATELIER 1 :L’éducation à la citoyenneté dans l’enseignement maternel et primaire

ATELIER 2 :L’éducation à la citoyenneté dans l’enseignement secondaire, technique et de la formation professionnelle

ATELIER 3 : L’éducation à la citoyenneté dans l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique

Les productions en ateliers se trouvent  en annexe…

VI- RECOMMANDATIONS

Au-delà des commentaires et autres propositions et contributions, les débats ont donné lieu à de véritables recommandations ainsi présentées :

  • renforcer les compétences des acteurs du sous-secteur des enseignements maternel en termes d’éducation à la citoyenneté ;
  • adapter la production des mass médias à l’âge des enfants du maternel et du primaire ;
  • introduire dans les curricula l’éducation civique dans les enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle ;
  • impliquer davantage les acteurs du système éducatif ;
  • varier et optimiser les alternatives éducatives pour que les déscolarisés ne tombent pas dans les rues ;
  • créer des clubs d’éveil à l’éducation citoyenne en s’appuyant sur l’existant (points focaux ANLC et les centres partenaires du FONAC et ALCRER) ;
  • créer un concours d’art oratoire sur la citoyenneté (distinguer annuellement les trois meilleurs) ;
  • créer un site dédié à la citoyenneté ;
  • créer une Journée nationale  universitaire de la citoyenneté ;
  • la promotion de la bonne gouvernance au niveau de la jeunesse ne peut se faire sans l’implication des adultes qui doivent être les repères et modèles ;
  • le changement de mentalités à tous les niveaux est capitale pour une lutte efficace contre la corruption ;
  • l’éducation à la citoyenneté doit également prendre en compte les enfants déscolarisés qui se retrouvent pour la plupart dans les rues, dans les marchés ;
  • l’éducation à la citoyenneté doit prendre en compte les milieux carcéraux ;
  • l’éducation à la citoyenneté doit conduire tous à avoir une même définition de la notion de l’intérêt commun ;
  • le recours aux services des entreprises du secteur privé pour faire passer des messages à l’intention de l’éducation à la citoyenneté, de l’intégrité et de la lutte contre la corruption.

RECOMMANDATIONS DES JOURNEES NATIONALES DE LA GOUVERNANCE, EDITION 2019
VII. CEREMONIE DE CLOTURE

La cérémonie de clôture s’est déroulée dans la soirée du mercredi 11 décembre 2019 avec au présidium M. Jean-Baptiste ELIAS, Président de l’ANLC, et Mme Pierrette DARBOUX, Vice-Présidente du FONAC. Elle a été couverte par la presse écrite et audiovisuelle.

Dans son discours de clôture des travaux de la troisième édition des Journées Nationales de la Gouvernance, le Président de l’ANLC a adressé ses félicitations aux membres du Comité de suivi et du Comité d’organisation. Il a tenu à remercier les participants pour leur contributionpour le travail remarquable effectué. Il a évoqué d’une mention spéciale, d’une part, la presse pour avoir porté la voix des JNG dans le monde entier, et, d’autre part, le Chef de l’Etat pour avoir autorisé l’organisation des JNG 2019.

Le Président de l’ANLC a, pour finir, exprimé sa gratitude àla Banque Mondiale, le Projet d’Appui à la Gestion des Investissements publics et à la Gouvernance (PAGIPG)dont l’appui a permis la tenue des JNG, édition 2019.

  • CONCLUSION :

Des recommandations fortes ont marqué les Journées Nationales de la Gouvernance, édition 2019. Nous pouvons noter :

  1.  
  1.  
  2.  
  1.  

La lutte contre la corruption et pour la bonne Gouvernance est une tâche de longue haleine. Les Journées Nationales de la Gouvernance, édition 2019, constituent une étape importante sur la longue route de cette lutte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :