Aller au contenu principal

Iran, Covid-19 : « 30 à 40 % des patients hospitalisés ont moins de 40 ans »

Le directeur de l’hôpital Khomeiny a déclaré le 11 juillet au site Entekhab: « Le nombre de patients a quintuplé par rapport aux trois dernières semaines et leur état s’est aggravé. » Il a ajouté : « 30 à 40 % des patients hospitalisés ont moins de 40 ans »

Selon l’organe des pasdaran, Javan, dans une lettre adressée à Khamenei, Saïd Namaki, son ministre de la Santé, s’est dégagé de toute responsabilité vis-à-vis de la vague croissante de victimes et a écrit : « Avant cette nouvelle vague sinistre, j’avais prédit ces jours, et je vous avais informé du résultat de cette négligence naïve. »

Le vice-ministre de la Santé Iraj Harirchi a déclaré le 11 juillet au site Javan, affilié aux pasdarans : « Selon les dernières prévisions, la situation la contamination et la mort dues au coronavirus sera bien pire en automne et en hiver qu’au printemps et en été.»

Alors que le nombre de morts et de cas positifs augmentent chaque jour, le président iranien Rohani a mis en garde contre la peur du coronavirus : « Il est erroné de créer de l’anxiété et de la peur chez les gens car cela entravera des activités sociales, municipales et économiques essentielles. »

Plus de 72% des nouveaux cas positifs doivent être hospitalisés

IrajHarirchi, vice-ministre de la Santé, a déclaré le 13 juillet à la télévision officielle : « Selon les derniers chiffres, plus de 72 % des nouveaux patients atteints de coronavirus finissent par être hospitalisés en (moins de) 24 heures. » S’exprimant à l’hôpital Baqiyatallah, il a ajouté : « 70 membres du personnel ont contracté le virus rien que dans cet hôpital. »

Dans ses chiffres tronqués, la porte-parole du ministère de la Santé du régime a annoncé que le nombre de décès ces dernières 24 heures était de 203 personnes, et a estimé le nombre de patients bénéficiant de soins spéciaux à 3 375. Les milieux proches auxrégimes expliquent clairement que les « soins spéciaux » se réfèrent à ceux qui vont mourir.

Plus de 90 % de la population de la province vit dans des zones à haut risque.

 Dans le Khorassan du sud, le directeur de l’hôpital Vali-e Asr de Birjand a déclaré le 13 juillet à l’IRNA : « Aucune des 11 villes du Khorasan du Sud n’est épargnée par le virus. Plus de 90 % de la population de la province vit dans des zones à haut risque. »

 Le régime craint du soulèvement des affamés

En même temps, l’inquiétude du régime face aux soulèvements sociaux et aux grandes révoltes s’accroît de jour en jour. Le quotidien Jahan-e San’at a écrit le 13 juillet : « Les autorités encouragent les gens à porter des masques. Mais jusqu’à présent, le gouvernement n’a même pas fourni cinq masques au secteur pauvre. En raison du cycle économique, le gouvernement a abandonné la population, et

Source de chiffres : PMOI/MEK

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :