Aller au contenu principal

Kpakpato Sans Payer : Hier, premiers défenseurs de Patrice Talon, Aujourd’hui, grands détracteurs du candidat qu’ils ont porté au pouvoir

Journalistes, politiciens, simple citoyens,  ils étaient avant 2016,  les premiers défenseurs du candidat Patrice Talon. Mais puisqu’en politique, la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain, ces derniers sont aujourd’hui les plus grands détracteurs du candidat qu’ils ont porté au pouvoir. Dans  ce Kpakpato Sans Payer, nous revenons sur les cas Candide Azannaï, Guy Mitokpè, Prince Sonon Aligbonon, Déo Gracias Kindoho, et Benoît Illassa. Bien sûr, il s’agit  d’une liste non exhaustive.

Par Manassé AGBOSSAGA

Azannaï-Mitokpè

Lors de la présidentielle de 2016, le candidat Patrice Talon n’avait pas bénéficié des soutiens de grands leaders politiques. Excepté Sacca Lafia, Joseph Djogbénou, Candide Azannaï,  beaucoup ont préféré apporter leur soutien à Sébastien Ajavon.

Candide Azannaï, à l’époque député et Guy Mitopkè, conseiller municipal  à Cotonou pouvaient donc se vanter d’être les plus grands soutiens politique du candidat Patrice Talon.

Et c’est avec cette casquette, que le président du parti Restaurer l’Espoir et son poulain vendaient leur candidat aux béninois.

Azannaï décrivait alors ce dernier comme une « un génie », un homme qui alliait  « compétence et audace ». Pour lui, Patrice Talon était incontestablement l’homme de la situation.

Quant à Guy Mitokpè, il mettait en avant la fortune de l’ex magnat du Coton, s’appuyant sur les propos de Boni Yayi. Le secrétaire général du parti Restaurer l’Espoir a tellement mouillé le maillot pour son candidat, qu’il figurait parmi les meilleurs coordonnateurs de Patrice Talon.

Seulement voilà, Talon  au pouvoir, la lune de miel va vite se transformer en lune de fiel.   

En mars 2017, Candide Azannaï, ministre de la Défense annonce son départ du gouvernement. Son poulain le suit.

Le divorce est alors consommé entre Patrice Talon, Candide Azannaï et Guy Mitokpè.

Prince Sonon Aligbonon

Sans avoir la même carrure politique que Candide Azannaï et Guy Mitokpè, Prince Sonon Aligbonon a  réussi à peser  dans l’élection de Patrice Tallon.

A Bohicon, l’ex conseiller communal a bataillé fort pour imposer la candidature de Patrice Talon dans la ville carrefour, malgré la présence de la Renaissance du Bénin, et son ex-maire Luc Atrokpo qui militait pour le candidat du parti au pouvoir Lionel Zinsou, mais également l’un de ses frères journaliste et communicateur proche du pouvoir.

Beaucoup d’observateurs de la vie politique n’ont pas manqué de louer le courage de Prince Aligbonon à l’époque et ont reconnu sa grande contribution dans la percée du candidat Patrice Talon à Bohicon.

 Nommé chargé de mission du préfet du Zou, après la victoire de Patrice Talon, il déposera quelques années plus tard le tablier.

Aujourd’hui,  c’est un homme qui se consacre à combattre le candidat qu’il a porté au pouvoir.

Benoît Illassa

Benoît Illassa, Boni Yayi n’oubliera pas ce nom. Tant cet homme originaire des départements du Collines a donné de l’insomnie au chef de l’Etat depuis l’étranger.

Rien qu’avec son blog, il se chargeait de dénoncer les dérives du régime de la Refondation.

Puis quand vint l’heure de la présidentielle de 2016, il va être l’un des  premiers à proposer à Patrice Talon d’être candidat. Quand ce dernier va accepter cette proposition, Benoît Illassa sera très tôt informé de la de la candidature de Talon à la présidentielle de 2016.

Sur les réseaux sociaux et via son blog, il se chargera donc de mettre en valeur son candidat.

Stratégie qui marchera. Talon est élu. Il est pressenti à l’Unesco avant  d’être finalement envoyé à l’OIF, suite aux manœuvres du ministre Aurélien Agbénonjci d’après ses propres aveux (Le périple de Benoit ILLASSA).

Ambassadeur auprès de l’OIF, ses relations difficiles avec le ministre des Affaires étrangères précipitent son divorce avec le régime de la rupture.

Récemment, il avait annoncé sa candidature à la présidentielle de 2021.

Preuve que son amitié avec le chef de l’Etat bat de l’aile.

Déo Gratias Kindoho

Il n’y a pas que les hommes politiques qui ont ouvertement porté la candidature de Patrice Talon. Il y a aussi des journalistes. Parmi ces derniers, il y a bel et bien Déo Gratias Kindoho, journaliste à la radio nationale.

S’il était difficile pour lui de défendre son candidat sur les antennes de la radio nationale, sous Boni Yayi, c’est sur sa page facebook, que l’homme va montrer sa préférence pour l’ex magnat du coton.

Qu’est ce Déo Gratias Kindoho n’a pas dit de Patron Talon pour montrer qu’il était l’homme idéal. ! Qu’est ce qu’il n’a pas dit pour justifier les premières actions du régime, comme quand le gouvernement décidait de la suspension unilatérale des contrats de presse !

Mais aujourd’hui, les temps ont changé. Lui qui fait les frais de sa contribution au régime. D’ailleurs, les auditeurs de la radio nationale se demandent s’il est toujours un employé de la 98.2.

Déo Gratias Kindoho, Benoît Illassa, Prince Sonon Aligbonon, Guy Mitokpè, Candide Azannaï,  hier,  premiers défenseurs de  Patrice Talon, Aujourd’hui, grands détracteurs  du candidat  qu’ils ont porté au pouvoir.

Ainsi va malheureusement la politique au 229 !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :