Politique

Mali: Démission du président Bah Ndaw et du Premier ministre Moctar Ouane

Le président et le premier ministre intérimaires du Mali ont démissionné mercredi, deux jours après avoir été arrêtés par l'armée, a déclaré un assistant du vice-président.

Le président et le premier ministre intérimaires du Mali ont démissionné mercredi, deux jours après avoir été arrêtés par l’armée, a déclaré un assistant du vice-président.

Des soldats, dirigés par le vice-président par intérim Assimi Goita, ont arrêté lundi le président Bah Ndaw et le premier ministre Moctar Ouane et les ont conduits sur une base militaire à Kati, en dehors de la capitale Bamako.

Ces arrestations, qualifiées par plusieurs grandes organisations internationales de « tentative de coup d’État », ont eu lieu quelques heures après que deux membres de l’armée ont perdu leur poste lors d’un remaniement gouvernemental.

MALI: DÉMISSION DU PRÉSIDENT BAH NDAW ET DU PREMIER MINISTRE MOCTAR OUANE
© Reuters/AMADOU KEITA MALI: DÉMISSION DU PRÉSIDENT BAH NDAW ET DU PREMIER MINISTRE MOCTAR OUANE

« Le président et son Premier ministre ont démissionné. Des négociations sont en cours pour leur libération et la formation d’un nouveau gouvernement », a déclaré Baba Cissé, un assistant de Assimi Goita, dans des commentaires transmis à Reuters par les militaires.

Bah Ndaw et Moctar Ouane étaient chargés de superviser une transition de 18 mois vers le retour à un régime civil, après que l’armée a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita en août.

Le colonel Assimi Goita a annoncé mardi avoir pris le pouvoir en assurant que la transition se poursuivrait comme prévu, avec l’organisation d’élections présidentielle et législatives l’an prochain.[L5N2NB53U]

Les démissions des deux dirigeants ont eu lieu pendant la visite d’une délégation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

Au cours d’une réunion avec Assimi Goita, tard dans la journée de mardi, la délégation dirigée par l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, a évoqué la possibilité de sanctions contre les officiers responsables de la prise de pouvoir, a déclaré un responsable militaire présent.

Les pays voisins du Mali et les puissances internationales craignent que cette nouvelle crise politique ne déstabilise davantage un pays que des groupes islamistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique utilisent comme base arrière pour des attaques dans toute la région.

REUTERS

(1 commentaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :