Dossier Joël Aïvo, « blanchiment d’argent et atteinte à la sureté de l’Etat »: Me Robert Dossou réagit à l’ouverture du procès et à son renvoi

Le procès de l’opposant Joël Aïvo, candidat recalé à la présidentielle du 11 avril dernier, en détention depuis le 15 avril et poursuivi pour « blanchiment d’argent  et atteinte  à la sûreté de l’Etat » s’est ouvert ce jeudi 15 juillet 2021 à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), à Porto-Novo.  Après l’ouverture du procès, le juge a, après les débats,  renvoyé le dossier au 5 août  pour statuer sur la compétence ou non de la cour et la demande de mise en liberté provisoire formulée par les avocats de la défense.

Dossier Joël Aïvo, « blanchiment d’argent et atteinte à la sureté de l’Etat »: Me Robert Dossou réagit à l’ouverture du procès et à son renvoi
Dossier Joël Aïvo, « blanchiment d’argent et atteinte à la sureté de l’Etat »: Me Robert Dossou réagit à l’ouverture du procès et à son renvoi

A la fin de cette première journée, Me Robert Dossou, membre du collège d’avocat de l’opposant a livré  son appréciation à nos confrères de radio Frissons.    

« Le Professeur Aïvo est poursuivi pour atteinte à la sûreté de l’Etat et blanchiment d’argent. Ce sont des qualifications,  d’ordres criminels. C’est la loi qui le dit », rappelle l’ancien président de la Cour constitutionnelle.

Me Robert Dossou note à ce niveau une erreur,  et déplore le qualificatif « flagrant délit »

Puis de poursuivre,  « Il (Ndlr : Joël Aïvo) n’a pas pu commettre de flagrant délit,  puisqu’il sortait du cours quand on l’a arrêté sur le pont.  Ensuite,  il n’a jamais reçu une convocation,   avant d’être arrêté.  Aujourd’hui (Ndlr : ce 15 juillet lors de l’audience à la Criet) le procureur  soutient l’incompétence du tribunal pour que  la procédure devienne criminelle, c’est-à-dire instruction obligatoire,   puis il sera jugé sur la procédure criminelle ».

Me Robert Dossou  ne cache pas l’étonnement des avocats du constitutionnaliste face à tout cela.

« Les avocats ont été surpris, surpris parce que l’on ne peut pas changer de qualification sans le minimum de débat sur les faits », a –il fait savoir.

Sur la conduite à tenir après le renvoi du dossier, Me Robert Dossou imite  Patrice Talon, «     le 5 on viendra,  nous aviserons ».

Manassé AGBOSSAGA



Catégories :Non classé

Tags:, , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :