Aller au contenu principal

«Blocus contre le Venezuela»: Huit (8) demandes adressées aux Etats-Unis, au Canada, à l’Angleterre,…

La République Bolivarienne fait face depuis 2014 à plusieurs sanctions, notamment celles des Etats-Unis.  A l’occasion d’une conférence de presse, le vendredi 24 mai 2019 à l’Infosec, l’Ambassadrice,  Belen Teresa Orsini Pic a démontré les conséquences néfastes de ces sanctions sur les populations, adressant au passage, huit (08) demandes aux Etats-Unis, au Canada, à l’Angleterre, à la Confédération helvétique, ainsi qu’à l’Union européenne.

Manassé AGBOSSAGA

Les Etats-Unis, le Canada,  l’Angleterre, la Confédération helvétique, et l’Union européenne sont interpelés pour sauver le Venezuela et son peuple en souffrance. Face à la presse nationale, le vendredi 24 mai dernier, l’Ambassadrice de la République Bolivarienne au Bénin a adressé huit (08) demandes à ces Nations, au sujet des nombreuses sanctions du gouvernement américain.

Après avoir mis en évidence, les nombreux retards dans les programmes de santé, de développement, les fonds vénézuéliens bloqués, conséquence du « blocus américain », contre le peuple de Nicolas Maduro,  Belen Teresa Orsini Pic a, en premier lieu, appelé à « débloquer le Venezuela immédiatement ».

Elle a ensuite appelé au respect « des droits fondamentaux du peuple vénézuélien à l’autodétermination et au développement économique et social », mais également au respect « des principes et règles fondamentaux du droit international, en particulier la Charte des Nations unies ».

Dans sa déclaration, l’Ambassadrice de la République Bolivarienne au Bénin a fait savoir que « les mesures coercitives unilatérales imposées au peuple vénézuélien constituent une violation massive de leurs droits fondamentaux et l’application intentionnelle de souffrances qui menacent leur vie, leur santé et leur intégrité ».

Dans ce sens,  Belen Teresa Orsini Pic à « condamner fermement le blocus économique, financier et commercial contre le Venezuela en tant que crime contre l’humanité, contraire à l’ordre international et à la Charte des Nations unies ».

Elle a alors appelé les gouvernements des Etats-Unis, de l’Union européenne, du  Canada, d’Angleterre et de la Confédération helvétique à débloquer le Venezuela et à reconnaître le droit de l’Etat d’utiliser ses ressources économiques pour garantir les droits fondamentaux de la population vénézuélienne ».

Belen Teresa Orsini Pic va plus loin et interpelle le Conseil des droits de l’homme et le Commissariat aux droits de l’homme de l’Onu. La patronne de la diplomatie vénézuélienne au Bénin a d’ailleurs demandé à  ces différentes instances d’« ouvrir une enquête afin de déterminer les responsabilités en matière de violation des droits humains des sociétés financières privées qui appliquent de manière arbitraire et illégale la conservation et l’appropriation des ressources publiques vénézuéliennes ». Vivement que ces nombreux appels soient pris en compte pour le bonheur du brave peuple vénézuélien!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :