Angela Kpéidja fait face à plusieurs critiques depuis qu’elle a eu l’audace de dénoncer l’harcèlement sexuel en milieu professionnel. Ses détracteurs  l’accusent de tout et de rien, critiquant au passage son style vestimentaire. Répondant à ces derniers, la journaliste en profite pour faire une confidence sur sa vie. Elle a été victime de viol à l’âge de 5 ans. Lire son émouvant témoignage

Découvrez le prix sur amazon

𝓙𝓮 𝓷’𝓮𝓷 𝓼𝓾𝓲𝓼 𝓹𝓸𝓾𝓻 𝓻𝓲𝓮𝓷…

Ils disent que j’ai eu ce que je méritais. Pour eux, je suis moi-même coupable des viols et harcèlements que j’ai subis. En cause mon habillement.

Pourtant, lorsqu’à 5 ans, j’étais victime pour la première fois d’un viol de la part de mon oncle, je n’avais pas encore conscience de mon corps ni même des vêtements que ma mère me portait.

Lorsque mon répétiteur me mettait sur ses cuisses pour se masturber tout en m’enseignant le syllabaire, je n’avais que 7 ans. C’était mon maître, c’est donc tout naturellement qu’il me soumettait. Cet après-midi là, ma surprise a été grande quand maman s’est inquiétée de notre posture. Plus jamais je n’ai revu ce maître.

A 17 ans, mon Bac en poche, j’avoue que j’avais déjà conscience de mon corps. J’étais habillée dans une robe en soie, fleurie, lorsque je suis allée à l’anniversaire de mon cousin sur le campus d’Abomey-Calavi. C’est mon grand-frère, mais il n’a pas hésité à me prendre mon innocence dans une grande violence. Cette belle robe dont je m’étais parée, a pris finalement de mon sang.

Bénin : Angela Kpéidja victime de viol à l’âge de 5 ans : Lire son émouvant témoignage
La journaliste Angela Kpéidja

Des années après, le père de mes enfants m’a aperçue de dos, au Champ de foire de Cotonou. Selon ses aveux, c’est ma démarche rythmée qui l’aurait attiré. J’avais ce jour là une robe longue trapèze fendue à gauche et à droite. Elle était à la mode à l’époque.

En 1998, lorsque j’ai fait mes premiers pas dans les médias, j’étais déjà mariée et mère. La rubrique que j’animais m’imposait de m’habiller dans les couleurs de la communauté africaine que je me devais de faire découvrir aux téléspectateurs. Des grands boubous sénégalais aux saris de l’Inde, mes vêtements n’avaient rien d’indécent. Pourtant, j’étais déjà harcelée et quelques téléspectateurs se déplaçaient jusqu’à mon lieu de service pour me conter fleurette.

Sur Week-end Matin, j’ai choisi de vendre la « Béninoise ». Tin Mag, Welia et Lolo Andoche ont joyeusement rivalisé d’ingéniosité pour m’habiller. Welia particulièrement est un Guinéen et il aimait bien les manches longues. C’est à cette époque que j’ai connu les meilleurs profils de dragueurs ainsi que les plus subtiles harceleurs.

Aujourd’hui, sur mes émissions, j’allie invariablement le prêt-à-porter africain et ces marques qui nous viennent d’ailleurs. Robes, pantalons, jupes… Je porte de tout. Et c’est bien actuellement que j’ai les dragueurs et les harceleurs de tous bords.

Je vous dois un autre aveu. Côté vêtement, j’aime être coquette et chic. J’ai aussi des rondeurs que les vêtements n’arrivent malheureusement pas à cacher.

Ces rondeurs, à vrai dire, je ne sais à quel moment, j’ai pu les demander au créateur. Dans ma famille, je puis vous le confesser, j’en ai plus que toutes mes trois autres sœurs.

Dans les zones rurales et couvents, j’ai pu observer que les femmes et les jeunes filles, bien souvent, ne couvrent pas leur poitrine. Sont-elles autant harcelées ou violées ? Je n’en sais rien.

C’est quand même éprouvant de devoir se remettre en question. C’est tout aussi suicidaire d’être culpabilisé alors qu’on vient d’être dépossédé de ce qu’on a de plus intime.

Vous conviendrez avec moi, que personne ne se fait voler mais qu’on vous vole.

3 commentaires »

  1. Bon DIEU !
    Encore Elle !
    D’où lui vient donc cette envie effrénée d’attirer chaque fois l’attention sur elle ?
    Elle doit souffrir fondamentalement d’un manque d’affection primaire qu’elle cherche à compenser périodiquement par la victimisation inconsciente et irresponsable de soi!
    L’enfer, c’est l’Autre : elle n’est pas responsable ! Elle a toujours été innocente ; ce sont les autres, les coupables et les « irresponsables » qui se sont toujours acharnés sur elle… Voyons donc! Quel manichéisme accusateur !

    Trouvez-lui donc un souffre-douleurs affectif saisonnier ou permanent ou bien dites-lui de se révéler une nouvelle carrière : romancière !
    Elle maîtrise bien la langue de Vaugelas qu’elle pourra davantage utiliser pour décrire ses fantasmes, magnifier ses phantasmes, réels ou supposés, exulter ou érupter ses états d’âme intérieur, de sorte que, à la faveur d’un bon éditeur, elle fasse rapidement fortune pour résorber son mal-être intérieur profond !

    C’est ce que J’AI encore pensé !

    J'aime

  2. bonjour à vous Mr GOHY,
    il est important que nous apprenions à respecter l’autre dans sa différence. Si vous êtes journaliste, prenez la peine d’investiguer les dire de Angela avant de vous prononcer.
    Que savez-vous de l’état d’âme de Angela ? Quand en Europe, les starts ont commencé par libérer la parole en ce qui concerne les harcèlements dans le milieu cinématographique, je ne sais pas si vous aviez eu à faire un commentaire du genre. Pourquoi, lorsqu’il s’agit d’une béninoise comme vous, vous adoptez une telle posture ? Que savez-vous de la souffrance de Angela ?
    Elle a eu le courage de dire haut ce que l’on traite de tabou chez nous. Est-ce un crime ?
    Nous avions des enfants qui sont des filles, et dans ce témoignage il y a des choses qui doivent nous interpeller en tant que parent.
    merci

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Angela,
    Merci pour votre témoignage. Courage à vous.
    Au bénin, il s’agit bien souvent des sujets tabous. Souffrez de voir des commentaires qui pourraient vous enfoncer. Soyez forte, très forte.
    J’espère que toutes les femmes qui vivent ou qui ont vécu des choses similaires parviendront à surmonter la peur du regard des autres et la parole pourrait être enfin libérée .
    Que Jésus-Christ notre sauveur, pense vos blessures intérieures et vous restaure.
    A la première lecture, je vous conseillerais de porter plainte, si ces crimes ne sont pas prescrits; mais après je vous suggère de laisser la justice divine agir.
    A tous ceux qui ont des enfants, lisez ce témoignage, lisez le entre les lignes et sachons être présents aux cotés de nos enfants.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s